Où souhaitez-vous
partager cette page?

Histoire et patrimoine

325 ans d'histoire entre fleuve et montagne

Le territoire de la municipalité de L'Islet a pris forme en 1677 avec la concession des seigneuries de L'Islet-Saint-Jean et de Bonsecours. Il faut attendre deux siècles avant d'assister à des changements.

La municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours naît avec l'abolition du régime seigneurial et est officiellement constituée en 1855. Quelques années plus tard, en 1868, la partie sud du territoire forme, avec le fief Lessard, la municipalité de Saint-Eugène. 

Notre-Dame-de-Bonsecours se verra extraire en 1911 une autre partie de ses terres avec l'érection du village Bonsecours, qui, en 1968, prendra le nom de L'Islet-sur-Mer. L'Islet-Station, érigée en 1950, changera son nom pour L'Isletville et deviendra une ville en 1966.

Nous retrouvons sur le territoire de L'Islet trois paroisses, soit Notre-Dame-de-Bonsecours, Saint-Eugène et Sacré-Coeur.

Avec le décret de regroupement de L'Islet-sur-Mer, Saint-Eugène et L'Isletville, le territoire est réunifié depuis le 1er janvier 2000 pour constituer la municipalité de L'Islet.

  • Les seigneuries

    En savoir plus

    Islet-St-Jean et Bonsecours

    Les seigneuries Islet-St-Jean et Bonsecours, concédées sous le régime français, représentent la base de fondement du territoire actuel jusqu'à l'abolition de la tenue seigneuriale par le pouvoir britannique en 1845 bien que l'érection officielle de la première municipalité sous le régime anglais date du 1er janvier 1855.

    La ligne séparatrice des seigneuries Islet-St-Jean et Bonsecours se situerait aujourd'hui entre le presbytère et l'église. L'église Notre-Dame-de-Bonsecours se situant dans la seigneurie du même nom et le presbytère dans la seigneurie Islet-St-Jean.

    Comme les seigneuries Port-Joly et Bonsecours ont chacune deux lieues de profondeur et que Islet-St-Jean n'en a qu'une, il reste une cuvette. Ce terrain également concédé par le Comte Frontenac, sous le nom de fief Lessard (différent de canton Lessard) le 15 juin 1698 à Pierre Lessard qui était venu s'établir dans Islet-St-Jean vers 1690.

    Seigneurie Islet-St-Jean

    La seigneurie Islet-St-Jean fut concédée le 17 mai 1677 à Geneviève Couillard alors âgée de 16 ans. Née en Nouvelle-France le 24 octobre 1660, elle est la fille de sieur Louis Couillard de l'Espinay et de Geneviève Després et petite fille de Guillaume Couillard et de Marie-Guillemette Hébert. Le mariage de Guillaume et de Marie-Guillemette célébré en 1621 est considéré "le premier mariage de français à Québec". 

    La seigneurie mesure une lieue de front le long du fleuve Saint-Laurent avec deux lieues de profondeur. La frontière de la seigneurie Islet-St-Jean avec la seigneurie Port-Joli est à six arpents en amont de l'embouchure de la rivière Trois-Saumons couvrant en profondeur les terres actuelles du 1er, 2e et 3e rang. 

    Seigneurie Bonsecours

    La seigneurie Bonsecours fut concédée le 1er juillet 1677 à François Bélanger (Bellanger) né en 1612 dans la ville de Touque en Normandie et est arrivé à Québec en 1636 à l'âge de 23 ans. Maçon qu'il était, il devient défricheur et cultivateur. Il se marie le 17 juillet 1639 à Marie Guyon née elle aussi en France en 1622. Le couple Bélanger - Guyon ont eu douze enfants. D'abord censitaire sur la côte de Beaupré, puis capitaine de milice à Château-Richer. Il arrive à Bonsecours, qu'il nomme Notre-Dame-de-Bon-Secours, en 1678 avec sa femme Marie, leur fils Jean-François, sa femme et leurs trois enfants; Louis, Jacques et Geneviève.

    La seigneurie fait suite à la seigneurie Vincelotte jusqu'à la seigneurie Islet-St-Jean. Son front sur le fleuve mesure une lieue et demie et sa profondeur est de deux lieues correspondant à peu près au chemin actuel du 6e rang de Saint-Cyrille.

  • Les légendes

    En savoir plus

    L'histoire de L'Islet, c'est une source inépuisable de récits et de légendes.

    Plusieurs éléments du passé nous témoignent de leur véracité...

    Légende du Rocher Panet                                                     

    On raconte que, par un soir sans lune, le curé Panet y aurait délivré l'âme d'une misérable, dont la légende a étouffé le nom, qui avait osé vendre au démon son âme immortelle et ses éternelles félicités.

    Aujourd'hui encore, on peut y voir les empreintes immortalisées dans la roche vive du Rocher Panet.

    Profitez-en lors de votre prochaine visite à L'Islet pour voir de vos yeux vus.

    Légende du cheval noir de L'Islet 

    Grand-mère Angèle raconte qu'en 1768, on décida de bâtir l'église. Le bon curé se demandait comment faire pour charroyer la pierre, les chevaux se faisant si rares.

    Un soir qu'il veillait, une belle dame lui apparut, blanche comme la lune : "Je suis Notre-Dame du Bon-Secours", dit-elle. Ne crains rien, mon fils ! Sois confiant ! À ton réveil demain, tu trouveras un cheval mais... il y a une précaution...

    Qu'est-ce qui est arrivé vous pensez ?

    Légende du beau danseur

    Ce soir là, il y avait grande réjouissance chez José Moreau.

    Non pas qu'on eut l'idée de danser, parce que chez les Moreau on ne se permettrait pas une pareille licence. Il n'y avait pas, dans tout L'Islet, de meilleur paroissien.

    Qu'est-ce qu'on entendit, dehors à onze heures sonnant ? Le son des grelots, les lisses d'une carriole sur la neige gelée. Saluant avec grâce, l'inconnu se dévêtit de son paletot et demanda : "Mademoiselle, voulez-vous danser ?"

    Légende du réveillon du diable

    David Bélanger dit "Jambon" croyait dur comme fer que la seule raison pour lui d'être au monde était de jouer des tours et Dieu sait ce qu'il en avait dans son sac.

    Mais cette année-là... un pédant revenu des États voulait en montrer à tout l'monde, surtout à "Jambon".

    Mais Jambon ruminait un tour dans son sac...

    La légende du Ruisseau Sauvage

    Il n'y a guère de ouï-dire qui vaille rien dire et l'ancêtre Nazaire Thibault, bâti sur le bord de la rivière Tortue, qui avait entendu du chaman (sorcier malécite) le message suivant « Un jour, un de tes descendants s'empoisonnera en buvant de cette eau » ne pouvait savoir ce que tout ça voulait dire.

    Plusieurs années plus tard, à la vue d'un aigle pêcheur fendre l'air pour saisir une anguille dans le courant de la rivière, Amédée, son petit-fils, fut bien impressionné mais pas longtemps...

    Et voilà qu'en 2001, Wilson Thibault, le petit-fils d'Amédée voit en escaladant le Mont-Astral, à proximité du ruisseau Sauvage, un magnifique balbuzard (aigle pêcheur à tête blanche) qui lui a laissé une plume de son beau plumage...

    Sans aucun doute, pour qu'on croit à la légende du Ruisseau Sauvage et au message qu'il contient de renouer avec la nature et réapprendre le rythme des éléments qui la composent.

    La légende de la chute des scouts à Saint-Eugène

    Par une chaleur accablante, des jeunes avaient décidé d'aller se baigner à la chute dans la rivière Saint-Nicolas. À leur arrivée, ils aperçoivent un inconnu, un jeune homme qui du haut de la chute contemplait la nature, une beauté à couper le souffle. Ce personnage mystérieux, venu de nulle part, en intriguait plus d'un. La nouvelle s'est répandue dans tout le village et tout le monde cherchait à savoir qui c'était.

    Charles a pu savoir en apercevant son bracelet qu'il s'appelait Philippe et raconta son entretien (muet) ce qui encouragea les jeunes baigneurs à escalader le rocher d'une hauteur vertigineuse.....qui ont rencontré Philippe....

    Mais malgré une rencontre houleuse, Philippe resta calme même quand il plongea tête première... l'inconnu toujours présent au pied de la chute garde silence .... Mais se fait toujours présent.... Lisez cette légende pour savoir comment....

    Et si vous allez vous baigner à la chute des scouts, ayez une bonne pensée pour Philippe.

  • Historique des maires

    En savoir plus

    Municipalité de L'Islet (2000 - ...)
    Noms Années
    Roger Bernier

    2000 – 2003

    Jacques Bernier

    2003 – 2009

    André Caron

    2009 – 2017

    Jean-François Pelletier

    2017 – 2021

    Germain Pelletier 2021- ...
    N.B.  Les Municipalités de L’Islet-sur-Mer, Saint-Eugène et la Ville de L’Islet ont été fusionnées en 2000.
    
    
    Municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours (1886 - 1989)

    Nom

    Années

    Laurent Morin

    -------- – 1886

    Daniel Gagné

    1887 – 1888

    Georges Bernier

    1889 – 1890

    Auguste Fafard

    1891 – 1894

    Auguste Bélanger

    1894

    Jos Eugène Gamache

    1895

    Auguste Bélanger

    1896 – 1898

    Cléophas Cloutier

    1899 – 1909

    Auguste Bélanger

    1910 – ------

    Ulric Talbot

    1914 – 1920

    Maxime Lemieux

    1920

    Joseph Morin

    1921 – 1922

    Eustache Ménard

    1923 – 1924

    Joseph Lamarre

    1925 – 1945

    Louis-Nazaire Pelletier

    1946 – 1948

    Amédé Ouellet

    1949 – 1954

    Louis-Nazaire Pelletier

    1955 – 1973

    Simon Lamarre

    1973 – 1983

    André Saint-Pierre

    1983 – 1989

    N. B. La Municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours a été fusionnée en 1989 avec la Municipalité de L’Islet-sur-Mer.
    
    
    Municipalité de L'Islet-sur-Mer (1919-2000)

    Noms

    Années

    Émile Normand

    1919 – 1926

    Émile Fournier

    1926 – 1950

    Gérard Plourde

    1951 – 1956

    Raymond Normand

    1957 – 1975

    Jean-Pierre Caron

    1975 – 2000

    N.B. De 1919 à 1970, la Municipalité portait le nom de Village Bonsecours, par la suite elle est devenue la Municipalité de L’Islet-sur-Mer.
    
    
    Municipalité de Saint-Eugène (1869-2000)

    Noms

    Années

    -------------------------

    1869 – 1880

    Edouard Caron

    1880 – 1883

    David Fournier

    1883 – 1885

    Théodule Cloutier

    1885 – 1886

    Pierre Normand

    1886 – 1887

    Philippe Gagné

    1887 – 1888

    Hubert Fortin

    1888 – 1889

    Amédée Kirouac

    1889 – 1892

    Alfred Normand

    1892 – 1898

    Joseph Tondreau

    1898 – 1900

    Amédée Kirouac

    1900 – 1902

    William Thibault

    1902 – 1903

    Amédée Kirouac

    1903 – 1905

    Cyrille Bernier

    1905 – 1906

    Cyrille Chénard

    1906 – 1907

    William Thibault

    1907 – 1908

    André Bernier

    1908 – 1909

    Alfred Bélanger

    1909 – 1912

    Amédée Kirouac

    1912 – 1919

    Joseph Pelletier

    1919 –1927

    Amédée Gagnon

    1927 – 1929

    Edmond Théberge

    1929 – 1935

    Lauréat Thibault

    1935 – 1951

    Xavier Caron

    1951 – 1953

    Lauréat Caron

    1953 – 1965

    Gérard Gagné

    1965 – 1975

    Fernand Thibault

    1975 – 1977

    Alphonse Caron

    1977 – 1979

    Gérard Thibault

    1979 – 1989

    Gérald Kirouac

    1989 – 1993

    Laurent Caron

    1993 – 1997

    Jacques Bernier

    1997 – 2000

    Ville de L'Islet (1950-2000)

    Noms

    Années

    Léon Laberge

    1950 – 1953

    Joseph Caron

    1953 – 1959

    Robert Leclerc

    1959 – 1965

    Odilon Deladurantaye

    1965 – 1967

    Frédéric Couillard

    1967 – 1977

    André Journault

    1977 – 1993

    Benoit Giard

    1993 – 2000

  • Dates historiques du territoire de L'Islet

    En savoir plus

    17 mai 1677

    Concession par le comte Frontenac de la seigneurie Islet-St-Jean à la "damoiselle" Geneviève Couillard, fille du sieur Louis Couillard

    1er juillet 1677

    Concession par le comte Frontenac de la seigneurie Bonsecours à sieur François Bélanger dit "Bellanger"

    1845

    Fin du régime seigneurial

    1er juillet 1855

    Érection de la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-Bon-Secours.
    (en vertu de l'Acte 18 Victoria Chapitre 100)

    1868

    Érection civile de la paroisse de Saint-Eugène (en vertu de l'Acte 23 Victoria Chapitre 61). Deux dates sont mentionnées; 1er janvier 1868 et le 23 juin 1868

    12 décembre 1911

    Érection de la municipalité du village Bonsecours

    1er janvier 1950

    Érection de la municipalité du village de L'Islet-Station
    (Gazette officielle 1949, p. 2 826)

    22 mai 1954

    Changement du nom de municipalité du village de L'Islet-Station pour municipalité du village de L'Isletville
    (Gazette officielle 1954, p. 1625)

    9 juillet 1966

    Érection en ville sous le nom de Ville de L'Islet
    (Gazette officielle du 9 juillet 1966, p. 3 730)

    2 novembre 1968

    Changement de nom de la municipalité du village de Bonsecours pour le village de L'Islet-sur-Mer
    (Gazette officielle du 2 novembre 1968, numéro 44, p. 5 903)

    26 décembre 1981

    Annexion d'une partie du territoire de la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-Bonsecours à la municipalité de la paroisse de Saint-Eugène

    29 novembre 1989

    Regroupement de la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-Bonsecours et du village de L'Islet-sur-Mer
    (Gazette officielle du 29 novembre 1989, partie 2, numéro 50, p. 5 778)

    1er janvier 2000

    Regroupement des municipalités de L'Islet-sur-Mer, de la paroisse de Saint-Eugène et de la Ville de L'Islet